Les grandes routes des vins

Accueil » A voir, à faire » Les grandes routes des vins

Les Routes des Vins

Nos 5 routes des vins de Bourgogne vous invitent à passer du vin… à la vigne. Rien de tel qu’un retour aux sources au cœur du  vignoble d’origine pour comprendre et apprécier comme il se doit nos nectars si réputés. Et puis c’est aussi l’occasion de changer de décor et de voir du très beau pays. Allez, en route !

La route des Vignobles de l’Yonne

  1. La route des vignobles de l’Yonne ce n’est pas une mais cinq routes à proximité de Paris. Pour cinq fois plus de découvertes et de surprises non loin de la capitale.
  2. Vous connaissez forcément le mot Chablis (on l’a tous entendu au moins une fois au cours d’une conversation ou d’un diner). Mais que diriez-vous de savoir d’où vient ce vin ? Comment ? Tout simplement en foulant le terroir millénaire de ces vins blancs secs réputés pour leur finesse, leur fraicheur et leur minéralité.
  3. Qu’est-ce qu’on boit ? Du rouge, du blanc, du rosé, du Crémant. Les vignobles de L’Yonne c’est la variété des couleurs et des saveurs.
  4. Que diriez-vous d’allier dégustation et spiritualité ? La route des vignobles de l’Yonne passe par la colline de Vézelay, chef-d’œuvre de sérénité classé à l’UNESCO. Idéal pour méditer, se retrouver et …repartir zen !
  5. Les vignes, c’est beau. Mais imaginez un paysage de vignoble rehaussé d’une jolie rivière avec au loin la silhouette d’une charmante ville d’Art et d’Histoire. Pour retrouver ce paysage 100% instagrammable, rendez-vous sur les hauteurs des vignes de la côte St-Jacques avec un point de vue sur Joigny et les rives de l’Yonne.

La route du Crémant

  1. Derrière les vignes il y a des hommes. Or quoi de mieux que venir sur place pour comprendre comment ces hommes travaillent et ainsi mieux comprendre pourquoi vous appréciez tant les fines bulles de Bourgogne ?
  2. le secret pour enfin trouver le meilleur crémant pour les fêtes de fin d’année c’est de comparer ! Avec 85% de la production destinée au Crémant de Bourgogne (ou Appellation Crémant de Bourgogne) nul doute que vous aurez tout loisir de tester différents crémants issus de différents domaines.
  3. De retour chez vous, vous pourrez dire que vous avez vu le plus grand tastevin de l’Antiquité pouvant contenir 1100 litres. C’est le fameux vase de Vix exposé au musée de Châtillon-sur-Seine. Aussi spectaculaire que beau.
  4. Bonne nouvelle, on peut embarquer les enfants qui pourront à l’oenocentre Ampelopsis boire du jus de raisin et tout comprendre de la viticulture. De quoi les préparer à devenir de futurs amateurs de bon vin, comme vous !
  5. Qui n’a jamais rêvé de pousser les portes d’un domaine et de faire connaissance avec un vigneron passionné et passionnant ? Rendez-vous au Domaine Bouhélier et laissez-vous conter l’histoire de la famille, de la visite du domaine en passant par le petit musée vigneron.

La route des Grands Crus

  1. Emprunter cette route c’est renouer avec le sol, la terre, et aller à la rencontre de vignerons qui pour l’essentiel travaillent à la main, suivant une tradition et un amour du terroir vieux de 2000 ans. Car ici la culture de la vigne remonte au Moyen Âge. Ce sont les moines qui ont créé toutes ces petites parcelles de vignes fermées entourées de murs de pierre que vous pouvez contempler.
  2. Un savoir-faire aussi ancestral forcément ça produit de très bons vins ! Pas étonnant que l’on surnomme cette route les Champs-Elysées de la Bourgogne ! Chaque village traversé est synonyme d’appellation prestigieuse.
  3. Une fois sur place, on risque de vous parler « climats ». Ne vous y trompez pas, il ne s’agit pas de causer pluie et beau temps mais plutôt de vous concentrer sur ce terroir viticole unique situé sous vos pieds. C’est lui qu’on appelle Climat et il y en a autant qu’il y a de parcelles de vignes. Chacune est unique (de par sa géologie, son exposition, son cépage…) mais toutes sont inscrites au patrimoine de l’UNESCO.
  4. La Route des Grands Crus ce n’est pas uniquement le plaisir des papilles, c’est aussi celui des yeux ! La route débute par Dijon capitale des Ducs de Bourgogne, rien de moins ! Ensuite passage obligé par le mythique Clos Vougeot, bâtisse majestueuse dans un océan de vignes. On ira aussi saluer Beaune et ses Hospices aux toits couverts de tuiles vernissées.
  5. Cette route peut aussi se vivre avec les enfants ! Cassisium et Imaginarium leur racontent (et à vous aussi) tous les secrets du cassis et du crémant. Autre option, la véloroute Beaune-Santenay, idéal pour laisser votre progéniture se dépenser entre deux dégustations (de jus de raisin pour eux et de bon vin pour vous)

La route des Grands Vins

  1. On a beau être dans une région de vins, on a le droit aussi de sortir du thème en partant explorer par exemple Chalon-sur-Saône avec ses jolies places animées, ses façades à colombages et son port fluvial.
  2. Et pourquoi ne pas s’offrir un saut dans l’histoire en investissant le Château de Couches ? Avec son donjon du XIIe siècle, ses tours rondes et ses solides murailles, on est directement propulsé au Moyen-Âge. Si vous êtes vraiment accro au vin, pas d’inquiétude, le château propose également dégustations et cours d’œnologie.
  3. Vous vous êtes déjà demandé ce qu’il y avait avant les vignes ? Et bien des vignes ! Déjà au Moyen Âge, les moines de Cluny cernent le potentiel du terroir et deviennent propriétaire de la côte chalonnaise. Au XVe siècle leurs vins se taillent une réputation qui ne se démentira plus.
  4. On parie qu’une fois sur la route dans votre voiture vous n’aurez qu’une envie : en sortir pour prendre un grand bol d’air et de nature. Dans ce cas, un conseil : enfourchez un vélo et empruntez la première voie verte de France qui reliait à l’origine Givry à Cluny, avant de s’étendre pour devenir une vraie boucle voie verte – voie bleue.
  5. Et si vous dégustiez le vin préféré d’Henri IV ? Il s’agit du Givry, un vin rouge assez tanique issu du Pinot Noir (mais il existe aussi un peu en blanc). Même si les fondements historiques de cette passion sont plutôt minces, c’est toujours un privilège de goûter un vin ayant reçu les faveurs d’un roi de France !

La route du Mâconnais-Beaujolais

  1. A 1h de Lyon, suivre les panneaux de cette route touristique ou plutôt ses routes (il y a 8 circuits) c’est pousser la porte de domaines riches d’appellations régionales hyper variées dont l’archi connu Beaujolais ou le fameux Pouilly-Fumé, un vin blanc sec aux saveurs délicates et subtiles.
  2. Au-delà des dégustations vous pourrez mettre vos pas dans ceux de François Mitterrand qui chaque année entreprenait l’ascension de la spectaculaire Roche de Solutré classée Grand Site. Faites comme lui, vous ne serez pas déçu une fois là-haut. Quelle vue !
  3. Cette route située tout au sud de la Bourgogne révèle parfois un climat aux accents méridionaux qui sent bon les vacances.
  4. En bon amateur de vin que vous êtes, les tonneaux (et leur contenu) n’ont plus de secret pour vous. Mais connaissez-vous les oeno-tonneaux ? Pour les découvrir direction le Clos du Grand Bois ! Sur ce domaine créé voilà plus de 3 siècles on peut passer une nuit dans … un tonneau géant aux allures de nid douillet, le tout au coeur de la campagne mâconnaise. Enivrant, non ?
  5. Entre deux visites de vignoble, si vous partiez pour une balade poétique sur les pas le Lamartine, l’homme de lettres né à Mâcon en 1790. Maison natale, châteaux, l’héritage de Lamartine est dans cette région très bien préservé et, bonne nouvelle, ouvert au public !