Itinéraires à pied 2017-10-30T09:45:15+00:00

Tous les itinéraires pédestres

Inscrivez-vous à la newsletter !

Le Chemin de St-Jacques – GR®654

D’habitude, j’organise mes vacances en avance, mais là, j’avoue que je m’y était pris au dernier moment… Et finalement, c’est un mal pour un bien. Je vous explique. Pas moyen de trouver un hébergement qui me convienne dans mes « coins » habituels (pour moi, c’est plutôt la côte atlantique). Du coup, je me suis dit : pourquoi pas essayer autre chose ? Et c’est comme ça que je suis arrivé en Bourgogne-Franche-Comté, avec  juste mon sac à dos et une carte de rando…

J’ai garé la voiture à Vézelay (ça aurait été dommage de passer à côté), et je suis parti en « pèlerinage » :o) Oui, pour ceux qui ne savent pas, il y a une voie de pèlerinage qui part de Vézelay et qui arrive à Saint-Jacques de Compostelle. Bon, je ne suis pas descendu jusqu’en Espagne, mais en 15 jours, je crois bien avoir fait pas loin de 300km… Pour un novice comme moi, ça commence à causer ! Mais ça se fait relativement bien, et c’est pas les occasions de s’arrêter qui manquent . Il y a vraiment un patrimoine incroyable à visiter ! Tout ça pour dire que je ne sais pas si mes prochaines vacances ne se feront pas une nouvelle fois « en dernière minute » :o)

+ d’infos sur le GR®654

A ne pas manquer sur le parcours

  • Colline et basilique de Vézelay, classées au patrimoine mondial de l’Humanité

  • le Morvan et ses paysages vallonnés

  • le Prieuré de la Charité-sur-Loire

Le Chemin de St-Jacques – la voie des Allemands

Je n’ai jamais été sensible aux exploits des grands sportifs. L’adrénaline…bof. Les corps martyrisés par l’effort, très peu pour moi. Néanmoins j’avais envie de me faire violence…dans la douceur. Me dépasser physiquement sans verser dans le sport extrême qui n’est pas à ma portée.

C’est alors que j’ai pensé à la randonnée itinérante. Je suis un randonneur occasionnel, la transition était donc toute trouvée. En faisant des recherches j’ai découvert que le chemin de St-Jacques passait près de chez moi (j’habite Belfort).  L’aventure Compostelle sans partir trop loin, parfait pour se lancer dans l’itinérance.

Alors prouesse physique ou pas cette semaine de rando entre Belfort et la Haute-Saône ? Je dirais oui et non… Oui dans la mesure où pendant cette marche mon corps a été mon grand sujet de préoccupation. Etant mon unique moyen de locomotion et mon unique compagnon (je suis parti seul),  il fallait en prendre soin, le soigner (les ampoules aux pieds, ma grandes obsession), le nourrir et le reposer !

Mais au-delà de l’endurance physique, cette itinérance m’a permis une chose : m’évader à deux pas de chez moi ! Comme quoi il ne faut pas grand-chose pour se vider l’esprit. Des bonnes chaussures, un peu de courage et surtout l’envie de se réaliser…autrement.

+ d’infos sur le chemin de St-Jacques

A ne pas manquer sur le parcours

  • Belfort pour sa monumentale sculpture de lion rugissant accroché à la falaise de la citadelle.

  • L’abbaye de Citeaux pour l’architecture et pour le fromage qu’on fabrique ici depuis 1925

  • Beaune dont la réputation n’est plus à faire.

Le Chemin de St-Jacques – la liaison « Gy – Vézelay »

Ça fait quelques temps que j’ai envie de changer d’air… Mon truc, c’est les balades au grand air, et en ce moment à Paris, c’est pas le top ! :o) Du coup, j’ai pris les choses en main, et j’ai téléphoné à un ami qui habite Avallon (dans le sud de l’Yonne) pour lui demander de m’héberger le temps d’un week-end… OK ?

Je débarque, chaussures de rando aux pieds (enfin… quasi) et je l’assomme de questions. Y a quoi à voir ? Pour se dégourdir les jambes, c’est où le mieux ? Tu pars avec moi ?… Sur le coup, il a pris peur ! :o)) Mais plus on discutait, plus je sentais bien qu’il allait se convaincre tout seul de venir ;o) Résultat, on est arrivé au bord du Cousin (c’est une rivière…  rien à voir avec sa famille :o) pour une escapade jusqu’à Vézelay.

Une balade mi-nature, mi-culture qui nous a pris la journée (ça grimpe un peu…en même temps.. La « colline » éternelle, fallait bien s’en douter :o). Un vrai régal pour la tête et les jambes ce chemin de randonnée. Et je suis sûr qu’il y a d’autres « pépites » à découvrir … On verra ça demain.

A ne pas manquer sur le parcours

  • Gray, petit cité de caractère

  • Le charmant village de Flavigny-sur-Ozerain et sa fabrique de bonbons à l’anis.

  • La cité médiévale de Semur-en-Auxois

La Via Francigena

Vallée de La Loue - (Maxime COQUARD & Elisa DETREZ @Bestjobers / CRT Bourgogne-Franche-Comté)

Vallée de La Loue – (Maxime COQUARD & Elisa DETREZ @Bestjobers / CRT Bourgogne-Franche-Comté)

Après Compostelle nous voulions absolument faire la Via Francigena, l’autre grand pèlerinage du Moyen-Âge qui va de  Canterbury à Rome. Pourquoi une telle passion pour les grands chemins ? C’est assez difficile à expliquer d’autant que nous ne sommes ni croyants ni pratiquants. Même si ça n’a pas grand-chose à voir avec la religion, croyez-nous, marcher plus de 1000 km prend forcement une tournure mystique. Ça devient quelque chose qui nous transcende et nous transforme.

Partis de Reims nous sommes actuellement du côté de la vallée de la Loue. Que de paysages incroyables. Les bienfaits de la marche sont décuplés quand on a la chance de traverser de si beaux endroits.  On se vide la tête et on laisse opérer la magie de la nature et du silence.

C’est le soir venu que nos corps se rappellent à notre bon souvenir. Courbatures, ampoules, les douleurs oubliées pendant la marche refont surface. Mais nous ne sommes pas masochistes non plus ! On ne randonne pas pour souffrir ! D’ailleurs on fait toujours en sorte de trouver des gites confortables.  Et puis les ronflements des voisins de dortoir, très peu pour nous ! A 60 ans on aime notre petit confort.

+ d’infos sur la Via Francigena

A ne pas manquer sur le parcours

  • Le château de Champlitte

  • Le tunnel de Savoyeux

  • Les gorges et sources de La Loue immortalisés par un certain Gustave Courbet

La Grande Traversée du Jura à pied

Dernièrement mon copain a bien relevé que je faisais les 100 pas dans notre petit appartement parisien et que je passais beaucoup de temps au rayon rando chez Décathlon. Comme il me connait parfaitement et que lui aussi en avait besoin,  il a pris les devants la semaine dernière en m’annonçant tout de go « Chéri, il est temps de se dégourdir au vert ! Sors les chaussures de rando et les sacs à dos, on part faire la GTJ ! »

GT quoi ? GTJ ou Grande Traversée du Jura, l’itinéraire de référence pour découvrir le massif du  Jura à pied (entre autres !). L’intégrale fait 400 km autant dire que ça ne s’improvise pas. Pour cette 1ere, mon copain a opté pour une version light sur un grand week-end. C’est l’idéal pour se remettre en jambes et dépoussiérer les chaussures restées au placard tout l’hiver (mais pas l’été, on aime trop le grand air !)

On part donc demain ! J’ai hâte d’arriver et de faire le plein de grands espaces, de beaux paysages, de vallons, de sommets et de chlorophylle. De quoi élargir mon horizon nature qui depuis notre emménagement à Paris se limite au pot de basilic sur la fenêtre …

+ d’infos sur la GTJ à pied

A ne pas manquer sur le parcours

  • La Lac Saint-Point, calme, sauvage, ressourçant. Pas de bateaux à moteur, seulement des voiliers, des barques de pêcheurs, des canards et des cygnes.

  • Le fort de Rousses où vieillissent des milliers de meules de Comté. C’est ici que vous comprendrez pourquoi ce fromage est si unique et si bon.

  • Le très stratégique et très défensif château de Joux

L’Échappée Jurassienne

Partis de Dole (à seulement 2h de TGV depuis Paris où nous habitons) nous sommes arrivés à St Claude quinze jours plus tard en parcourant à pied l’Échappée Jurassienne soit 300 km à travers le massif du Jura. Une vraie épopée ! Enfin une épopée qu’on a voulu confortable en dormant dans de beaux gîtes et légère en faisant appel à un service de transport de bagage (16€/bagage/étape). On ne voulait pas que ces 15 jours au grand air se transforment en mauvais remake d’Into the Wild.

Du Jura on avait en tête le froid, le village de Mouthe surnommé la petit Sibérie… on a eu la canicule ! Pour nous préserver des grosses chaleurs, nous avons privilégié des départs tôt le matin. Et puis surtout, le Jura nous a réservé quelques haltes rafraichissantes: la cascade des tufs dans la magnifique reculée de Baume-les-Messieurs, cascades du Hérisson pour tremper les pieds, les lacs de Chalain et Ilay pour des baignades ô combien bienfaisantes…

Mais le Jura ce n’est pas que l’eau ! En 15 jours nous avons traversé des forêts, des vignes (on n’a pas pu résister à l’achat d’une bouteille de vin jaune), une reculée et bien sûr de la moyenne montagne. Et dire qu’on avait peur que ce soit monotone ….

+ d’infos sur l’Echappée Jurasienne

A ne pas manquer sur le parcours

  • Baumes-les-Messieurs pour découvrir trois sites en un: une abbaye, une reculée (cirque naturel typique du Jura) et une cascade

  • Le Belvédère du Pic de l’Aigle pour profiter d’une vue en cinémascope sur trois lacs naturels du Jura.

  • Les cascades du Hérisson, tout simplement incontournables

La Via Salina

Ayant depuis peu des attaches familiales du côté de Besançon, je ne pouvais pas passer ma semaine de vacances chez la belle famille sans mes bâtons et chaussures de rando. L’occasion de joindre l’utile à l’agréable était trop belle.

J’en ai donc profité pour emprunter un tronçon de la Via Salina ! Salina, sel… bizarre on ne peut pourtant pas dire que la région soit située en bord la mer. En fait, au XIXe Siècle, on produisait et exploitait le sel extrait de ses sous-sols. C’était une véritable richesse. Et tout ça je l’ai découvert pendant ma rando ! Ce parcours est vraiment bien pensé.

Parti d’Arc-et-Senans Il m’a fait passer par deux grands sites liés à l’histoire du sel : la Saline Royale, un édifice incroyable. Imaginez un site industriel qui ressemble à un petit Versailles…bon, sans les dorures et le faste. Et ensuite Salins-les-Bains, une jolie petite station thermale où ma femme m’a rejoint pour un petit bain relaxant aux nouveaux thermes. C’est décidé pour les prochaines vacances je fais la suite du parcours et je vais jusqu’en Suisse (Berne). Il faudra juste réussir à convaincre la belle famille de me laisser crapahuter une semaine.

+ d’infos sur la Via Salina

A ne pas manquer sur le parcours

  • La Saline Royale d’Arc-et-Senans pour mieux comprendre l’histoire du sel dans la région

  • Salins-les-Bains, où le sel est partout dans le nom de la ville, dans son histoire, son patrimoine, ses sous-sols et son eau où il est possible de se plonger dans les nouveaux thermes.

  • Ornans pour se la couler douce au bord de la Loue et ensuite admirer quelques toiles de Courbet au musée dédiée à l’enfant du pays.

Le Tour du Morvan

Perso, la rando, c’est vraiment pas mon truc… Mais quand on est marié à un fille qui adore ça, on fait des concessions, forcément… Et devinez où est-ce qu’elle m’a embarqué cette fois-ci ? En Bourgogne-Franche-Comté, dans le Morvan ! Et là vous vous dites : le pauvre… la double-peine !! Et bien figurez-vous que … Pas du tout ! Et même, à la limite, c’est l’un des meilleurs trail où on m’a trainé de force (ou presque :o) Bon, j’irai pas jusqu’à dire que ça m’a plu (faut pas exagérer non plus) mais il y avait tellement de choses à voir qu’on ne s’ennuie jamais…

Sans être de la haute-montagne, le Morvan, ça grimpe un peu et on se retrouve vite avec des panoramas incroyables. Et le petit plus (en tout cas, j’ai bien apprécié, pour le coup), c’est qu’il y a toujours un lac ou une rivière pas loin…Quand le soleil tape ou qu’il fait bien chaud (même à l’ombre des arbres), pouvoir faire trempette, c’est un gros gros kif !! :o) J’avoue qu’en montant dans la voiture pour rejoindre notre appart’… Ben ça m’a fait un truc… On y serais resté 2, 3 jours de plus, ça ne m’aurait pas dérangé plus que ça, en fait.

+ d’infos sur le GR Tour du Morvan

A ne pas manquer sur le parcours

  • Une fois retirées les chaussures, tremper les pieds dans les gorges de la Canche

  • le Mont Beuvray, et son point de vue sur le Morvan

  • Pause « culture » à l’abbaye de la Pierre qui Vire

Le GR®2 – au fil de la Seine

On venait de finir nos partiels quand on a décidé avec quelques copains de promo de se faire une sortie de fin d’année tous ensembles. Mais pas une soirée beuverie où on a plus de regrets que de souvenirs.. Nan, on voulait un truc qui marque le coups, qui permette de passer du temps ensemble et dont on se souvienne longtemps… Et pourquoi pas une randonnée sur une semaine ? (je sais plus qui a lancé l’idée, mais pour le coup, elle a fait l’unanimité !

Six jours plus, tard, nous voilà à Dijon, sac à dos remplis, prêt à partir sur le GR®2… Qu’on a pas choisi par hasard, puisqu’il permet de remonter sur Paris ! Donc, on a marché tranquille pendant 8 jours, en suivant la Seine… On s’est fait de bons délires, on s’est organisé des soirées tranquilles au coin du feu, on a partagé des dortoirs d’auberge de jeunesse…  Sérieusement, on s’est éclaté tout le long du parcours (bon, j’avoue que j’ai eu un petit coup de mou le 3ème jour… manque de condition physique, on va dire :o), on en a pris plein les yeux… Je pense que je me souviendrai (et mes copains/copines de promo aussi) longtemps de cette virée !

+ d’infos sur le GR®2

A ne pas manquer sur le parcours

  • Le village médiéval de Saint-Seine L’Abbaye

  • Les sources de la Seine et de l’Ignon

  • Le site et la résurgence de la Douix à Chatillon-sur-Seine

Les chemins de la contrebande

Ça y est on est passé de l’autre côté Céline ! De l’autre côté de quoi me rétorque ma copine ? De la frontière enfin ! C’est vrai qu’elle n’a pas tort, au cœur du massif jurassien, on ne remarque pas trop de différence entre la Suisse et la France. D’un côté de verts pâturages et des crêtes boisées, de l’autre… pareil.

Même si on ne s’en rend pas vraiment compte, je me devais d’annoncer ce passage. C’est symboliquement fort pour les contrebandières que nous sommes ! Enfin, contrebandière pour de faux ! Nous sommes avant tout deux randonneuses sur la Bricotte, un itinéraire  qui autrefois était emprunté par les Bricottières, des femmes qui au péril de leur vie faisaient passer différentes marchandises pour assurer la survie de leur famille. Avec mon sac à dos équipé pour 5 jours de rando je trouve ça déjà bien assez sportif ! Je n’ose pas imaginer ce qu’elles ont pu endurer. Quel courage !

Aujourd’hui le risque a disparu. Le sentier est parfaitement sécurisé et il n’y a plus la peur de se faire attraper par les douaniers. Juste le plaisir de randonner et quand ça fait écho à l’histoire locale c’est encore mieux.

+ d’infos sur les chemins de la contrebande

A ne pas manquer sur le parcours

  • Emprunter les Echelles de la Mort qui matérialisent les risques encourus autrefois par les contrebandiers.

  • Les Tourbières du jura, un écosystème rare et fragile qui fait penser à la toundra

  • Le Saut du Doubs, un mini Niagara au cœur du massif du Jura